Les portraits dits du Fayoum qui nous fascinent autant par leur qualité artistique que par leur intérêt archéologique ont été découverts majoritairement dans cette région qui leur a donné son nom mais aussi dans des nécropoles situées dans différentes régions d’Egypte .On en a trouvé aussi dans des nécropoles situées dans des villes où les Grecs avaient fondé des colonies : Thèbes ou Antinooupolis , par exemple. Thèbes -161 - 180 ap. J.-C. conservé au Louvre Très peu de portraits ont été retrouvés dans le delta, en particulier dans la région d’Alexandrie, et cela certainement à cause du climat et de la proximité de la mer, l’humidité n’ayant pas permis leur conservation . Ce sont dans les régions au climat sec, les nécropoles installées à l’abri des inondations sur les hauteurs du bassin dans le Fayoum, qu’ont été faites la plupart des découvertes. Le Fayoum est une région fertile formée par un bassin d’effondrement d’une soixantaine de kilomètres de diamètre, située à une centaine de kilomètres au sud-ouest du Caire. Les portraits se situent tous entre le Ier siècle de notre ère et la fin du IVe siècle, à l’époque de la colonisation romaine. Le portrait, de tradition romaine, fut introduit en Egypte par les colons. On vénérait les portraits funéraires dans les demeures patriciennes de la même façon qu’à Rome. Cependant le mystère des religions égyptiennes exerça sur les Romains une telle fascination qu’ils en adoptèrent le rite tout en gardant de leur tradition le respect de la ressemblance, qui les amena à remplacer le masque égyptien par le portrait.

Les portraits dits du Fayoum qui nous fascinent autant par leur qualité artistique que par leur intérêt archéologique ont été découverts majoritairement dans cette région qui leur a donné son nom mais aussi
dans des nécropoles situées dans différentes régions d’Egypte .